À l’athénée, non à la discrimination…

MOUSCRON/MOESKROEN – La semaine prochaine, les jeunes étudiants du secondaire de l’athénée royal auront une réflexion autour de la discrimination…

Durant toute la semaine prochaine, de la 3 e à la 6e secondaire, l’athénée royal rythmera ses journées par une sensibilisation au processus de discrimination.

L’initiative mérite d’être soulignée à plus d’un titre. Non seulement parce que ces animations organisées par la SEFoP (Service d’éducation et de formation populaire) se font théoriquement dans des maisons de jeunes et non dans des écoles. Mais aussi parce que la démarche citoyenne mise en place par deux enseignants, Sophie Haezaert et Ludovic Keirsbilck, mérite vraiment d’être mise en lumière.

« J’ai appris l’existence de la SEFoP par le biais de la Frégate. On a discuté avec les responsables qui ont finalement donné leur accord pour passer donner des animations dans les classes » indique M. Keirsbilck.

« Le but est qu’il y aitle respect de l’autre » En tout, 180 élèves aborderont l’inutilité des préjugés. « Ce sera axé sur des jeux de rôles, des projections DVD, etc. Ce ne sera pas que ludique. Il y aura vraiment de la profondeur dans ce qui sera abordé, notamment grâce aux différents outils. Le but est qu’il y ait le respect de l’autre, la citoyenneté. On espère que certains jeunes prendront conscience que la discrimination et l’intolérance au quotidien existe malheureusement… » continuent les deux interlocuteurs qui vivent dans un établissement où l’origine de sa population est relativement diversifiée. « Une richesse » insistent-ils. Mais il n’y a pas que les différences concernant l’origine ethnique qui sera au programme. La condition de la femme aussi sera l’un des points abordés.

La différence sera aussi dans l’assiette !

«Un élève de 3e secondaire ne voit par contre pas de la même manière qu’un étudiant de 6e secondaire. Dès lors, les propos seront adaptés. Par ailleurs, les classes de 6e primaire aussi prendront part à ces journées. Là aussi, le discours évoluera avec des jeux comme le petit poisson rouge… Le but n’est pas de faire dire que le racisme est mal mais bien que chacun puisse l’intégrer en lui. Tous travailleront ensemble, pour dépasser le stade de nos nombrils ! »

Un projet qui sera aussi développé dans l’assiette puisque l’école peaufine actuellement le menu de la semaine prochaine. Chaque jour aura droit à un menu du monde : États-Unis, Maroc, Italie, etc.

Une semaine qui servira de rampe de lancement. Au sein de l’établissement, les deux initiateurs du projet espèrent bien faire des émules. Ainsi, le cours de philosophie pourrait peut-être prolonger le mouvement…

 

source: http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=346014

Share

You may also like...

Laisser un commentaire